L’univers musical des sims est en pleine effervescence. La rédaction du Rolling Sims Magazine ne pouvait donc pas passer à côté des sorties du moment. Pop ou variété, musique du monde ou sonorités plus urbaines, le dernier numéro du magazine est éclectique. Asseyez-vous confortablement et montez le son de la radio ou du sonotone, c’est parti pour un voyage musical hors du commun.

 



Après l’immense succès de Donnez-moi du temps, Monica Luiz est enfin de retour avec un nouvel opus. Monica qui ? Vôtre oublie est pardonné car la belle, originaire d’Isla Paradisio, a tout de même été aux abonnés absents pendant 300 jours sims. Une attente qui en valait la peine, tant chacune des chansons est travaillé de manière minutieuse, en particulier l’entraînant Tout doucement. On sent aussi cette ambiance farniente dans la longueur des chansons, qui peuvent aller de 9,07 minutes, pour la plus courte, à 14,21 pour la plus longue. A la question du pourquoi tant de temps entre les deux albums, la jolie chanteuse répond : « Je suis quelqu’un de perfectionniste, j’ai essayé différents instruments, différents musiciens et maisons de disques avant d’être totalement satisfaite ».
Monica Luiz
Le temps d’avoir du temps
NoSims Music

 



En dépit de la date de sortie repoussée à plusieurs reprises, le très attendue neuvième album de The Pumbob est finalement disponible. Que dire à part que le groupe emblématique de Windenbourg s’essouffle. Est-ce dû au départ du talentueux Guy Vims, remplacé par le trop jeune et inexpérimenté Paul Ayre à la basse ? Est-ce le changement de manager ? Sont-ce les problèmes de boisson du chanteur Ben Ejery qui lui ont fait perdre sa voix ? Pourtant, le programme était alléchant et on a droit à de belles surprises telle que la ballade envoûtante Simsmapolitan, avec la participation de Margo Kache, de la formation Paulette and The Simsers. Hélas l’ensemble reste plat et sans saveur, telle une assiette de chili servie sans haricots rouge. Alors que se passe-t’il ? Aucun membre du groupe n’a souhaité s’exprimer.
The Plumbob
Prisme
Union Sims Records

 



Dans le royaume de la musique, on accueille une toute nouvelle recrue nommée Lola, ou Lola Partement dans le civil. La jolie brune, qui vient tout juste de devenir jeune adulte, est la gagnante de la dernière édition de The Voisims. A peine l’aventure finie, elle s’est lancée à corps perdu dans l’enregistrement de son premier album. Je ne suis pas une pomme est un mélange de ritournelles des années 40 à la Edith Piasims, ambiance qu’on retrouve dans le jazzy Auprès de mon coach et de mélodies plus accessible comme dans Le coach de mon cœur, qui rappelle les débuts de Zasims. La jeune San Myshonoise raconte les coulisses de la préparation de l’album : « Toutes les chansons choisies sont le produit des diverses influences de mon producteur et de mon manager. C’est également eux qui ont eu l’idée de ma tenue sur la pochette. En fait, je fais tout ce qu’ils me disent de faire ».
Lola
Je ne suis pas une pomme
Galaxims Music

 



Les jumeaux les plus célèbres d’Oasis Spring, Biglo et Poli (Pierre-Laurent et Louis-Apollinaire de leur vrais noms) sont pour leur fans les rois des calambours et des bon mots « à la bien » mais sont surnommés par leur détracteurs « racailles des beaux quartiers ». Chacun y trouvera donc son compte : si on aime la délicatesse, on appréciera particulièrement Comment elle m’a trop summé, sorte de conte sociale sur une pauvre jeune fille qui devient princesse, mais si on préfère un rap plus engagé, on sera transporté par les punch lines de C’est qui qui veut bosser ?, critique implacable du monde du travail. « Pour nôtre quatrième album, on voulait un son plus proche de nous, de nôtre vécu. C’est pas parce-qu’on a grandi dans les beaux quartiers qu’on a rien à dire. En vrai, apprendre quel couteau il faut utiliser à quelle occasion, c’est la galère, frère », explique Poli.
Biglo & Poli
C’est la rue
Rabbit Hole Records

 



On ne présente plus l’immense star (elle mesure 1m78) qu’est Skylar Twist, née à Appaloosa Plains et idole des ados lorsqu’elle était elle-même à ce stade, qui nous régalait les oreilles de mélodies entêtantes comme I love you but I don’t love you. 5 albums et quelques jours sims plus tard, le ton a changé. Fini les chansons mièvres et les couettes de bébé, bonjour le maquillage outrancier et les paroles pegi 14, co-écrites avec le D,J. Marvin Farris. Comme la miss le dit dans sa chanson titre, fruit de sa collaboration avec le rappeur controversé Kenny South, elle est Blond And Rich, et le fait savoir. Son nouveau style est encore plus assumé avec le sulfureux Come into my rolex, titre à écouter pendant qu’on fait crac-crac. Au sujet de la polémique concernant sa nouvelle direction artistique, la jeune simette explique : « J’ai perdu un public, mais j’en ai gagné un autre. L’important, c’est de faire ce que l’on aime. Quand j’enlève mon string, je suis moi-même ».
Skylar Twist
Blond And Rich
Galaxims Music