Mesdames et Messieurs, bonjour ! Ici Jean-Seb Hienpluskevou, votre envoyé spécial pour TV Sims. Nous sommes le 23 décembre en direct dans une grande rue commerçante de la capitale. Et je peux vous dire que c’est la folie ici !! Les acheteurs compulsifs se sont donnés rendez-vous en cette veille de Noël pour leurs derniers préparatifs.
Nous allons aujourd’hui nous intéresser à ces retardataires. Qu’est-ce qui les motive à venir peupler les grands magasins bondés de monde ? Là est la question existentielle qui nous brûle tous les lèvres, n’est-ce pas ?
J-S : Nous voici donc dans la prestigieuse Galerie Lafayette, bâtiment emblématique de la capitale créé par l’architecte AnDoLi17, dans une des nombreuses boutiques de luxe. Bonjour Monsieur…
Homme au brushing quelque peu défraîchi : Appelez-moi Herbert, Jean-Seb.
J-S : Bonjour Herbert. Pouvez-vous dire à nos téléspectateurs ce que vous faites ici une veille de Noël ?
Herbert, la mine déconfite : ah, c’est la faute de ma femme… Enfin, elle dit que c’est de ma faute, mais je suis sûr qu’elle ne m’a jamais dit que je devais me charger des cadeaux cette année… Alors du coup, je me retrouve ici à réparer SA bêtise pendant que Madame se fait les ongles !
J-S : hum, très bien. Je suis pour la paix des ménages, mais dites-moi, que vous reste-t-il à acheter ? Ca ne doit pas être si catastrophique. Vous avez une mine affreuse, comme si c’était la fin du monde…
Herbert, se mettant à pleurer à chaudes larmes, effondré : mais je dois faire toutes les courses de Noël, je vous dis ! Il y a le parfum de Belle-maman pour cacher ses effluves malodorants de vieille chouette, le béret de Papy Roger pour cacher sa moumoute, le pull en cachemire de Tatie Rosie (si elle pouvait s’étouffer avec, tiens !), les chocolats sans sucre pour Mémé Brigitte qui a du diabète, le cheval à bascule du neveu (qu’il se casse une jambe avec, ça fera des vacances), le livre sur l’Australie pour Beau-Papa (je sais qu’il préférerait le voyage, mais je vais pas dépenser plus pour ce radin qui m’offre chaque année une paire de chaussettes), et puis aussi trouver le cadeau original qu’attend à coup sûr ma femme sinon elle va encore me faire une crise…
J-S : hum oui très bien, très bien, nous n’allons pas vous retarder plus alors… Bons achats et surtout gardez votre si bel esprit de Noël !
J-S : Me voici désormais dans cette ravissante boutique de jouets, le Don’t Feed The Dino ToyShop, tenu par MissMargaretrose. J’espère tomber sur quelqu’un d’un peu moins névrosé. Ah allons parler à cette charmante dame qui m’a l’air un peu embarrassée. Madame, bonjour, c’est pour TV Sims.
Dame en bleu : ho bonjour, je vous connais vous. Mes deux grands aiment bien regarder vos reportages pour se moquer de vos sujets et de vos tenues…
J-S : hum, charmant… Bien, heu, puis-je vous demander ce que vous faites ici en cette veille de Noël ?
Dame en bleu, levant les yeux au ciel : ben c’te question, je viens acheter des jouets pardi ! Il me faut un téléphone parlant pour le petit dernier, une poupée qui fait pipi pour ma minouchette, le dernier jeu vidéo pour l’un des grands, un sabre laser pour mon mini Dark Vador, et encore pleins d’autres trucs…
J-S : Ah oui quand même. Mais heu, si ce n’est pas trop indiscret, combien avez-vous d’enfants ?
Dame en bleu : J’en ai 12, monsieur !
J-S : Ah oui quand même…
Dame en bleu : Mais vous êtes monté en boucle ?! Je commence à me demander s’ils n’ont pas raison de se moquer de votre émission, mes loustics, tiens. Bon mais sinon, votre émission, elle est beaucoup regardée ?
J-S, qui bombe le torse comme un coquelet dans une basse-cour bondée de poulettes mignonettes : Oh, elle a son petit succès, en effet…
Dame en bleu, se plaçant devant la camera en poussant sans ménagement Jean-Seb : Alors voilà, je voudrais m’adresser aux patrons des grands magasins. S’il-vous-plaît, pensez aux familles nombreuses, commencez à mettre le rayon Noël dès janvier, ça nous permettrait de nous retourner :  un jouet par mois, c’est quand même plus pratique pour le porte-feuille, n’est-ce pas ? Alors n’écoutez pas ceux qui râlent parce que le rayon est mis presqu’en même temps qu’Halloween ! C’est pas suffisant, je vous dis. Janvier, je vous dis ! C’est l’idée du siècle !
J-S : Hum, certes, on leur en parlera. Merci beaucoup madame., on vous laisse à vos courses… Ah mais quelle toquée, celle-là…
J-S : Et je continue ce périple dans les boutiques aux couleurs de Noël. Voici le Christmas Market, un magasin de jouets créé par JohannaB96. Notre prochaine invitée est une jeune maman au sourire radieux et son charmant bambin.
Maman au sourire digne d’une pub pour dentifrice : Oh quel flatteur vous faites, Jean-Seb !
J-S : C’est mérité, voyons ! Je n’aurais pas croisé votre dentition au détour d’une pub, d’ailleurs ? Hum, mais je m’égare. Revenons à nos moutons (blancs, héhé). Donc, Madame, vous faites vos courses de Noël, mais pouvez-vous me dire pourquoi ce petit garçon vous accompagne ? Ne croit-il déjà plus au Père Noël ?
Maman aux dents WhiteSims : Alors, je vais certainement vous choquer, les mamans de mon association de parents d’élèves ne comprennent absolument pas ma position, mais je suis contre le Père Noël !
J-S : Ah, à ce point… mais que vous a donc fait ce pauvre vieux bonhomme ?
Maman éblouissante de sourire : Non mais je suis surtout réfractaire aux mensonges en tout genre. Et dire à un enfant que chaque Noël un bonhomme en rouge descend dans la cheminée pour déposer des cadeaux dans chaque foyer du monde entier, c’est bien le plus gros mensonge qui soit, vous en conviendrez !
J-S : Heu certes, mais que faites-vous de la magie de Noël ?
Maman qui continue de sourire de toutes ses dents : Mais la magie aussi, c’est un mensonge, voyons ! Comme les contes, les histoires, les films, et tout le tralala.
J-S : Ah, je vois. Heu changeons de sujet. Je vois dans vos paniers de très beaux jeux et jouets, un drone téléguidé, un scrabble, entre autres. Vous avez d’autres enfants plus grands, ou des neveux ?
Maman qui semble bloquée en version sourire : Ah non, non, c’est pour mon petit loupiot !
J-S : Heu mais il a quoi ? Même pas deux ans… Heu, sont-ce bien des jouets pour son âge ?
Maman qui décidément doit attraper une crampe de zygomatiques à force de sourire : Ah non, mais je sais bien ! C’est pas pour tout de suite, voyons ! Je prends de suite ses jouets pour les années à venir, comme ça, je serai tranquille les dix prochains Noëls ! Hé, c’est que je suis prévoyante, moi, Monsieur !
J-S : Ah, OKayyyyy. Et bien merci beaucoup Madame, continuez donc… Hou j’espère qu’elle ne fait pas pareil pour le réveillon… Ca fait peur, quand même, autant de prévoyance…
J-S : Nous sommes en fin d’après-midi et c’est toujours autant la folie. J’ai décidé de m’aérer un peu et d’aller dans une boutique qui aurait pu être moins bondée. Et bien, je me suis bien planté… heu, trompé. Ici aussi, à la Tienda Patitas felices, célèbre boutique pour animaux tenue par clonuxy, les acheteurs sont au rendez-vous. Je vais aborder cette… heu… charmante demoiselle aux allures étrangements familières (je suis sûr de l’avoir déjà vue quelque part, mais où ?) et son roquet de luxe. Bonjour, Miss, puis-je vous poser quelques questions pour TV Sims ?
Parodie de Cruella Denfer : Certes, mon cher. Mais faites vite, Monsieur Croquette a un rendez-vous chez sa manucure dans quelques minutes.
J-S : Ah, bien (mais sur qui je suis tombé encore ?…). Alors Miss, puis-je vous demander quels achats vous effectuez ici en cette veille de Noël ?
Parodie de Cruella : Ah mais j’ai oublié d’acheter quelques menus objets pour Monsieur Croquette. Il n’aurait eu que 42 cadeaux sous le sapin, ça ne faisait pas un compte rond, et les comptes ronds, c’est primordial pour Monsieur Croquette, sinon, il tourne en rond. Je vais donc lui prendre un petit manteau requin qu’il pourra mettre à Ibizims cet été, et puis un vernis à griffes pailleté. Et pour le dernier, j’hésite : une boîte de friandises au foie gras, ou bien une séance de massage. C’est qu’il est exigeant mon Monsieur Croquette et je veux tellement lui faire plaisir !
Monsieur Croquette pousse un gémissement très explicite : *Non mais elle recommence encore avec ses fantaisies. Je vous en supplie achevez-là ! Déjà que j’ai l’air ridicule avec ce nœud papillon, mais alors si elle me met un costume de requin, là je touche le fond !! Dites, gentil Monsieur de la télé, vous voulez pas appelez la SPA pour me trouver un gentil maître bien pépère et normal, qui me laisse pioncer tranquille dans mon panier au lieu de me faire courir les esthéticiens pour chiens ?*
J-S : Oui bon, il a l’air… ravi, ce toutou. Je vous souhaite un joyeux noël canin.
Monsieur Croquette grogne de dépit : *Mais qu’il est bête, cet humain, j’ai jamais dit que j’étais ravi ! Je suis bon pour le réveillon de la Cruella ! Au secours !*
J-S : Et nous sommes en fin de journée, la nuit tombe et les acheteurs commencent à rentrer chez eux, leurs sacs bien remplis et leur porte-monnaie bien plus légers. Mais que vois-je dans cette pâtisserie du renommé Ye Olde Shop Quarters, un quartier commercial conçu par slawfishnubu ? Un dernier client échevelé. Allons l’interroger. Bonsoir, Mons…
Homme passablement énervé : Ah mais quoi encore ? On peut pas me laisser acheter ma dinde tranquille ?!
J-S : Heu une dinde ? mais vous êtes dans une pâtisserie, Monsieur, je doute que vous trouviez votre volaille ici…
Homme grognant : Ah mais vous me prenez pour un imbécile, en plus ?! Je sais bien qu’on est dans une pâtisserie, je suis pas aveugle ! J’attend ma dinde et l’autre là, il vient dire que je suis crétin et que je suis dans une pâtisserie ! Nom de nom ! Ca s’annonce bien ce réveillon, tiens !
J-S : Mais je ne voulais pas vous vexer, Monsieur, je cherche juste à comprendre…
Homme qui devient rouge d’exaspération : Mais qu’il m’agace, celui-là ! Bon, je vais vous expliquer, puisque vous insistez, peut-être que vous me lâcherez après ! Ma femme m’a mis au défi de m’occuper du repas, cette année, et elle voulait que ce soit original. Alors j’ai mis les petits plats dans les grands, j’ai fait ça bien. Et il me reste juste à récupérer la pièce maîtresse de mon menu, ma dinde, que j’ai commandée au pâtissier. Parce que voyez-vous, mon menu est sans dessus dessous. Pour faire original, j’ai décidé de faire en plat principal une bûche salée (saveur petit salé et saucisse) et pour le dessert une dinde au beurre (bien sûr, c’est pas de la dinde, c’est une bûche déguisée en dinde).
J-S : Ah oui, c’est original, en effet. Mais alors, ça a l’air de bien rouler pour vous. Pourquoi cet énervement ?
Homme qui explose : Ah mais qu’il m’énerve ! Il comprend rien ! C’est que cet imbécile de pâtissier s’est trompé : il m’a pas fait une dinde, il m’a fait une oie ! Une oie, vous vous rendez-compte !! A Noël, c’est de la dinde qu’on mange, pas de l’oie. Et puis j’aime pas l’oie, d’abord ! Je préfère la dinde !! C’est la cata !
J-S : Heu je lui dis que sa bûche en forme d’oie n’aurait pas le goût d’oie ?… Oui bon, je vais plutôt m’esquiver bien gentiment… Et c’est déjà (ouf) la fin de notre reportage spécial Derniers achats de Noël. J’espère que vous connaissez à présent un peu mieux ces acheteurs de dernière minute. A vous les studios et joyeux Noël !!
N.B. : Tous les lieux cités dans le reportage sont disponibles sur la galerie. Je vous invite à les visiter, ils valent le déplacement !