Les recettes de Mamie Rosette

Bonjour, mes chouchous d’amour ! C’est Mamie Rosette en direct sur son fameux blog de recettes. Si vous ne me connaissez pas encore, c’est pas grave. Il y a juste à savoir que je suis une mamie gâteau qui adore cuisiner pour sa petite tribu et qui aime trouver et donner des astuces pour faire des économies sur les repas. C’est un peu ma marque de fabrique. Mais trêve de bavardages ! Vous savez ce qui arrive à grands pas ? Noël bien sûr ! Noël et son plantureux réveillon. Et là, je vous vois venir, vous vous dites : « oh lala, la galère. Va falloir courir les magasins pour trouver la dinde parfaite, le vin idéal et la bûche la plus originale ! ». Et vous voilà en train de faire une syncope en imaginant la note forcément très – trop -salée.
Mais je vous arrête direct ! On peut très bien réveillonner sans s’endetter jusqu’au prochain réveillon ! Et je vais vous le prouver en vous proposant un menu clé en main qui ne grèvera pas trop votre budget.

Alors exit le foie gras, le saumon fumé, les petits fours et la bûche inabordables !

Pour l’apéritif, je vous propose en toute simplicité un cocktail de crevettes assaisonnées. Et là vous vous dites : mais quand même, c’est cher les crevettes, si on veut de la qualité… Mais non, vous pouvez très bien prendre des crevettes premier prix (vous savez, les toutes petites, là, qui viennent de je ne sais où, mais c’est pas si important, n’est-ce pas ?). Car ce qui compte dans le cocktail de crevettes assaisonnées, c’est… l’assaisonnement, pardi !! Avec un bon assaisonnement, on peut tout manger, je vous le jure. Alors mon assaisonnement perso est un peu particulier, je vous l’accorde, mais c’est un pur délice. Il faut faire mariner vos crevettes (décortiquées, hein, sinon, il risque d’y avoir un peu de mâche et les plus jeunes n’aiment pas trop faire marcher leurs mandibules) dans un mélange de miel, whisky, piment d’Espelette, fenouil, sauce soja et coca-cola, sans oublier, sel et poivre (on lésine pas sur le sel, faudrait pas que ce soit fadasse, et tant pis pour les régimes sans sel !)
Une fois marinées, vous faites cuire vos crevettes à l’eau bouillante non salée pour pas dénaturer le goût de la marinade déjà un peu salée. Et vous dressez sur un lit de chou frisé cru (pour la mâche). On sert avec une bonne mayo maison ou du ketchup pour les plus jeunes (le ketchup, c’est universel, ça fait tout passer !).
Passons à l’entrée. On enlève le fois gras et le saumon, trop chers, il faut le reconnaître. Et puis bon, c’est très surfait : on s’en écœure à force dans manger à chaque réveillon ! Du coup, je vous propose une délicieuse soupe de palourde. Il n’y à rien de plus léger, puisque c’est pas lourd… Hihi, faites pas attention, humour de crustacé. Mais c’est assez (sans oublier la liaison). Bon, nos palourdes, on les cache à l’eau froide et ça finit par leur faire le dos fin. Après ça, on mixe avec un peu de lait (non pas de crème, malheureux, c’est plus cher la crème !). Et voilà une petite soupe qui ravira les papilles les moins exigeantes.
Pour la sempiternelle dinde aux marrons, on repassera. Marre du même plat traditionnel ! Et puis son alternative, le chapon, non merci : c’est encore plus cher. Non, rien de tel qu’un bon vieux poulet rôti ! Mais si vous ne voulez pas passer pour un radin invétéré, n’en dites pas un mot. Faites pas passer votre volaille pour une petite dinde des Andes. Effet garanti auprès de votre dinde de belle-soeur !
En accompagnement, mes fameuses asperges entourées de faux bacon feront sensation. Oui oui, faux bacon, parce que le vrai bacon, c’est quand même pas vraiment donné. Donc pour faire illusion, on entoure les asperges de feuille de brick colorée en rouge. De toute façon, à ce stade, vos convives ne seront plus capables de différencier un petit boudin blanc d’un asticot de farine. Car, il vous faudra penser au vin, qui désaltérera les gosiers. Ca, je vous laisse seuls juges, c’est pas mon domaine de prédilection.
Et enfin, pour clore ce festin, un cake aux fruits gastronomique sera du plus bel effet, surtout entouré d’un petit ruban rouge. Et ma petite touche personnelle, mais c’est un secret de chez secret. N’allez pas le révéler, vous vous feriez lyncher par les puristes du dessert fait maison. Je disais donc, ma touche perso : prenez un cake aux fruits du commerce, ouvrez l’emballage et jetez-le illico pour éviter les regards inquisiteurs qui pourraient ruiner vos efforts, placez le cake sur un joli plat doré, entourez-le d’un ruban aux couleurs de votre table et servez sous l’appellation « gastronomique ». Ni vu, ni connu, vous avez gagné un temps précieux et vos invités, ronds comme des queues de pelle, ne verront pas la différence avec un cake maison ! Tout bénèf !
Alors vous voyez, c’est simple comme bonjour de faire des économies même quand c’est vous qui recevez pour le réveillon.
 Je vous souhaite un joyeux Noël et un excellent réveillon !