Tout le monde vous le dira, les enfants, c’est la vie, notre avenir, et tout le tralala et chez les sims, c’est pareil ! Voyons les 10 raisons d’avoir des enfants sims !

1. Quand tu attends un heureux événement, bon, il se peut que tu aies des nausées et un gros ventre, mais tu peux aussi prendre un congé, et ça, ça n’a pas de prix quand ton patron est un gros *bip*, que tu ne supportes plus ta pimbèche de collègue et que tu as de la lessive en retard (attention quand même à ne pas cramer avec le sèche-linge parce tu auras négligé le nettoyage du filtre).

2. Accoucher chez les sims ne fait même pas mal ! Le chirurgien t’arrache le cœur par mégarde, te met un peu d’huile de moteur par inadvertance, mais tout va bien ! Nickel ! Même pas mal…

3. Finies les sorties ennuyeuses avec tes potes au karaoké. Maintenant, c’est biberons, couches aux effluves verts plus que douteux, et cassage d’oreilles par les pleurs toutes les 45 minutes ou moins si affinités. En même temps, les potes aussi te cassaient parfois les oreilles avec leurs vocalises et leurs couacs assourdissants…

4. Avec un bambin, tu ne s’ennuies JAMAIS, pas le temps pour ça, voyons ! Il faut TOUT lui apprendre : la marche, le pot, la parole (et après, ils ne s’arrêtent plus de parler alors qu’on aimerait bien un peu de silence parfois, va comprendre la logique parentale…). Si tu veux qu’il soit bien dans ses baskets, tu dois aussi veiller à ce qu’il s’épanouisse dans tout un tas de domaines comme l’imagination ou la réflexion. Et sans parler des soins quotidiens : donner à manger, le bain, des câlins. Avec tout, ça, si tu as encore le temps de bayer aux corneilles, c’est que tu le fais exprès !

5. Avec un bambin, tu passes rarement inaperçu dans les lieux publics. Si tu aimes te faire remarquer, c’est tout bénef, n’est-ce pas ? Entre les hystéries dans les magasins pour avoir le dernier doudou à la mode, les moments « pètage de plomb » en mettant un bazar monstre en pleine rue et les instants « je lance ma nourriture parce que c’est de l’art » en plein resto, tu n’es pas prêt de te faire oublier par tes voisins, amis, collègues ou même par de parfaits inconnus. Tu voulais être une vedette concentrant tous les regards ? Profite !

6. Ah l’enfance, ce stade béni entre tous durant lequel tu peux enfin de reposer et profiter de la vie. Laisse traîner ta vaisselle sale, ton enfant la ramassera pour toi. Laisse ton balai de côté, il t’essuiera le sol avec le sourire. Un enfant, c’est quand même pratique pour nettoyer la maison, et ça coûte moins cher qu’un agent d’entretien (quoique, si on fait les compte depuis le début, avec les couches, les biberons et les jouets, est-ce un si bon calcul…).

7. Tu n’a jamais rien compris aux maths ou à cette fichue règle de grammaire qui te valait des 0 pointés ? Ton enfant te fera tout réviser grâce à cette merveilleuse chose qu’on appelle communément les devoirs. Hé oui, tu seras de retour à l’école pour un petit moment chaque soir afin d’aider ton rejeton à mieux s’en sortir que toi côté études. C’est pas génial, ça ? Et puis tu verras de nouvelles façons d’apprendre, que tu ne soupçonnais même pas, de nouvelles règles et de nouvelles façons d’appeler ce que tu avais mis dix ans à apprendre : parce que l’école de maintenant n’est plus l’école d’hier, que les méthodes d’apprentissage ont évolué, que les choses changent, tu te sentiras largué chamboulé mais c’est tellement vivifiant !

8. Avec un enfant à la maison, finie la solitude et le silence. Ta maison sera toujours vivante, bruissante d’effervescences, de rires, de cris, de bousculades. Car ton enfant a tout un tas d’amis (tu le voulais sociable, non ?) qu’il invite presque tous les jours pour de folles parties de Mario Kart ou de longues heures de foot dans le jardin. Amis que tu devras nourrir et parfois même loger pour des soirées pyjama endiablées (tu as passé l’âge des nuits blanches ? Mais non voyons, il n’y a pas d’âge pour ça, tes enfants te le rappellent sans cesse).

9. Après l’enfance, vient l’adolescence. Tu pourras alors donner de super conseils à ton ado boutonneux : comment exploser ses boutons sur le miroir de la salle de bain, lui apprendre à se raser (ou s’épiler) sans douleur (ou presque, selon qu’il a été un bambin pénible ou non… Vengeance !!), lui parler de la sexualité en le faisant rougir et lui proposer l’achat d’un Kâma-Sûtra devant son crush du moment.

10. Une fois que tu seras à la retraite, c’est là que tu pourras t’en donner à cœur joie : car ton enfant deviendra à son tour parent. Et là, c’est toi qui va bien rigoler devant le fardeau qu’il se sera imposé… Ainsi va la vie !